Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les voix de l'immobile

Les voix de l'immobile

Carnets de poèmes, de paroles et de voyages intérieurs du centre pénitentiaire de Maubeuge

Carnet de rangement

Carnet de rangement

Dans mes pensées, il neige de temps en temps du silence

Je m’évade

Tu resteras toujours la même

Il y a de la violence

Je suis avec ma femme et ma fille

Tu es toujours présente

 

Dans mon cœur, j’ai rangé un à un les mots qui m’aident à vivre avec ceux qui ne veulent plus vivre

J’ai enfoui mes sentiments

J’ai rangé tous les gens bien

ma famille

l’amitié de mes proches

les colères qui m’aveuglent

Carnet de rangement

Dans mes yeux, je revois ton manque d’amour et toutes les larmes qui vont avec

Je pense à ceux que j’ai aimés

Je revis ta souffrance

Je croise mon âme

Je cache toutes les conneries que j’ai faites

Je rêve aux côtes de la méditerranée

 

Sur ma peau, j’ai gardé la brûlure du sel la première fois que j’ai vu la mer

Les séquelles de mon passé

L’empreinte de ta main

Mes cicatrices présentes et futures

Le nom de ma fille tatouée

Les traces du soleil

Carnet de rangement

Entre mes mains, j’ai empoigné ma vie si fort qu’elle a failli fermer les yeux

J’aimerais tenir celle que j’aime

J’ai serré tes mains

Le vide

Le manque

 

Sous mes pieds, l’herbe et la rosée réveillent mon désir de voyage

La sensation du sable chaud

Je t’ai laissé mes traces

Je me suis fait un film

Je sens la terre palpiter

Carnet de rangement

Sur mes lèvres, le jus des cerises noires à l’été

J’ai encore le souvenir des siennes

Tu peux voir ce qu’il y a dans mon cœur

Le goût des embruns

 

Dans mes oreilles, la nuit s’effondre doucement

La voix de mes enfants

J’entends toujours ta voix

La musique qui me ressemble

Ma fille pleure et m’appelle

Carnet de rangement

Dans mes rêves, les maisons n’ont pas de porte ni de fenêtre juste des trous de lumière

Je fuis ce monde impitoyable

Tu dors toujours près de moi

Je voudrais emmener ma famille

Jamais tu n’es absente

 

Dans mon corps, mon sang ne fait qu’un tour mais un tour de manège

Dans mes souvenirs les plus lointains, je n’ai jamais pensé que mon présent serait la prison

Dans mon sang, il y a le rythme de ton chant

Sur ma bouche, il y a un livre

Dans mon amour, ma femme et ma fille

Dans mes veines coule un feu de cendres

Carnet de rangement

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Angeline 18/05/2017 15:42

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog (cliquez sur pseudo) merci