Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les voix de l'immobile

Les voix de l'immobile

Carnets de poèmes, de paroles et de voyages intérieurs du centre pénitentiaire de Maubeuge

Carnet de rangement

Carnet de rangement

 

Dans mes rêves

Il fait jour même la nuit

Il y a sécheresse

La liberté tout court

Des étoiles me montrent le chemin de la sortie

 

Dans mes cauchemars

Je tombe, je tombe

Aucune sobriété

Personne n’est gentil

Aucune place pour les rêves

 

Dans mes mains

La tendresse attend

Pas une goutte d’eau

La guerre la guerre

Un cadeau pour toi si tu es sage

 

Dans mon cœur

Jamais d’ennui

Plus de place pour personne

Du silence des remords

Je ne sais pas

 

Dans mes yeux

Le visage de mes enfants

Aucune larme, La vie l’espoir

Des étoiles sans ciel

Une envie de crier

 

Dans mes souvenirs

Aucune trahison

Pas de bonheur non plus

Aucun repos jamais

Pas de tristesse juste la Street

 

Dans ma vie

Du monde beaucoup de monde

Aucun ennemi aucun ami

Un grand vide aussi

De l’envie du désir

 

Dans mes poches

Il y a mes mains

Pas de regret

Pas de chéquier

Pas de liberté elle est trouée

 

Dans mon esprit

Des mots sans encre

Du passé beaucoup de passé

Des souvenirs comme des oursins

De l’huile sur le feu

 

Dans mes pensées

La foudre est tombée

Pas de place pour mes lacets

Le grand bazar

L’amour tourne en rond

 

Dans ma valise

J’ai rangé du ciel

Une veste du dimanche pour ma sortie

Mes passions bien pliées

Mes clés de voiture pour partir loin très loin

 

Dans ma mémoire

Pas de trou noir

Pas de silence

Pas de répit

Plus d’image d’elle rien nada

 

Dans mes oreilles

Le bruit de la pluie sur le toit

Le tintement des clés

Un silence assourdissant

La plus grande écoute possible du monde

 

Dans mon regard

Il y a toi

De la fatigue

La peur de mourir

Une envie de courir loin devant

 

Dans les braises

Des senteurs de résine

Mes rêves entassés

Le noir de ma tristesse

Mes cendres à venir

 

Dans le feu

Aucun remords

Aucune pitié pour moi

La beauté des femmes

La dernière chance

 

Dans la brume

Le ciel tombé dans l’herbe

Les spectres de mon enfance

Plus rien à voir

Le fantôme de ma vie

 

Dans l’amour

Aucun manque

Pas de faux semblant

Pas de centimètre mais des sentiments

Tout ce que tu veux il suffit de vouloir

 

Dans mon chagrin

Il y a des oursins

La guerre est déclarée

Un loup blessé

Un enfant qui pleure dans mes bras

 

Dans ma joie

Pas de tempête

Pas de limite

Pas de place pour mon effroi

Aucune explication

 

Dans chaque homme

Il y a une femme

Une âme

Un grand silence étonné

Une souffrance à dénouer

 

Dans la mort

Plus de limite

Plus de temporalité

Un ailleurs peut-être

Qui ressemble à ici

Une autre vie moins pourrie

 

09 Février 2017

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article